Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2018

11 novembre 1918 / 11 novembre 2018

Le Figaro consacre aujourd'hui — 10 novembre 2018 — un article aux milliers de monuments aux morts érigés dans les villes et les villages pour commémorer les morts de la Grande Guerre.
À Saint-Éloy-les-Mines, le monument a été inauguré le dimanche 22 juin 1922, après une polémique — due au retard pris par le projet — entre le maire de l'époque, Gabriel Blanc et Alexandre Varenne, président du comité d'érection du monument.
L'inauguration est relatée par D. Kapala et J. Lavédrine dans leur ouvrage consacré au passé minier de Saint-Éloy (Saint-Éloy-les-Mines, Mémoire en Images, Alain Sutton, 2004) :
"À dix heures du matin, après avoir fleuri les tombes des héros inhumés au cimetière, un immense cortège se forme avec, en tête, la société philharmonique des Houillères, les familles des disparus et les enfants des écoles. La très longue colonne se rend sur la vaste place de l'Hôtel de Ville, où a été édifié le monument.
À la sonnerie aux morts, bien des yeux se mouillent. La philharmonie joue la Marseillaise. Alexandre Varenne prend la parole au nom du comité d'érection : "J'ai l'honneur de remettre à la commune de Saint-Éloy, à la garde vigilante de la population, à la piété des familles des morts, ce monument du souvenir, témoignage impérissable de la gratitude de la cité, où les générations à venir viendront puiser la leçon des grands devoirs, apprendre à haïr la haine et à maudire la guerre."
La cérémonie se termine par le défilé de la foule qui couvre le monument de fleurs..."

Image à insérer.jpg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.